Visite de l'oliveraie

L'oliveraie de La Royrie, un jardin d'histoire, un jardin de sens, un jardin gourmand

 

La Royrie est un Domaine oléicole fondé par les moines de l'abbaye de Lérins au début du XVème siècle, puis donné ensuite au Bon Roy René (d'où son nom), connu pour son penchant pour l'huile d'olive et la bonne chère. Voué à l'olivier pendant près de 500 ans, le Domaine avait cessé complètement la production d'huile à la veille de la dernière guerre mondiale. Il aura fallu attendre 1999, pour que deux passionnés de jardins, d'histoire, de patrimoine et de gastronomie, Monique et Lionel Brault, le rachètent pour le restaurer.

 

 

Les premières années ont été vouées à l'entretien et à la reconstruction des restanques, murs en pierres sèches dont la plupart datent de l'origine du Domaine. Enorme travail puisque le Domaine en compte 1,7 km ! Il a fallu aussi tailler sévèrement les oliviers pour les rendre à la vie. Grands, secs, efflanqués, ils réclamaient aide et nourriture. Tous les arbres sont de la variété Cailletier, porteurs de « la petite olive de Nice ». Si les olives sont en effet de taille modeste, on ne peut pas en dire autant des arbres dont la circonférence peut atteindre 3 mètres et la hauteur 10 mètres.

 

 

Ce travail a permis à Monique et Lionel Brault de rendre au Domaine sa réputation d'antan. Ainsi, l'huile d'olive de La Royrie renoue depuis 2006 avec les médailles d'or dans les plus grands concours. Les huiles sont si aromatiques et si savoureuses, par rapport aux huiles habituelles, qu'ils ont eu l'idée d'initier les consommateurs à la dégustation des huiles d'olive, d'où le lancement du concept d'oléologie, dans l'esprit des cours d'œnologie.

 

 

Cette idée répond à la volonté des propriétaires de faire du Domaine un jardin ouvert au public, mais plus largement, un lieu d'échange, de dialogue, de travail collectif et d'expériences partagées. Les séances d'oléologie drainent plusieurs centaines de visiteurs par an qui vont successivement visiter le domaine, tout apprendre sur l'olivier et son huile, apprendre à déguster et à accorder les mets et les différentes sortes d'huiles. Des journées portes ouvertes, réalisées deux fois par an attirent les amateurs. On y apprend à sentir, à toucher, à observer : un herbularium, fidèle à l'esprit des jardins d'abbaye présente une collection d'herbes médicinales, alimentaires, condimentaires et aromatiques. La plupart des plantes peuvent se toucher, se sentir, se croquer. Une roseraie ancienne propose ses fragrances et ses couleurs. Un potager complète la visite, avec le poulailler qui le jouxte.

 

Jardin ouvert, le Domaine de La Royrie l'est aussi au travers de sa participation active à la manifestation annuelle Rendez vous aux Jardins organisée par le Ministère de la Culture. En 2010, en partenariat avec la ville de Grasse, la Royrie y organise un concours de photos sur le thème : La main du jardinier, outil premier. Chaque année, un concours de « Miss Olivier «  y est organisée. Il s'agit d'élire l'arbre le plus beau, le plus remarquable. Les visiteurs, jurés du moment déambulent ainsi dans l'oliveraie et notent les arbres pour choisir la « Miss Olivier » de l'année.

 

Cette ouverture constitue un juste retour à la tradition locale. En effet, un lavoir collectif, une ancienne chapelle, la présence de plusieurs mazets paysans... témoignent qu'ici, jusqu'au XIXème siècle, tout se faisait collectivement. Aujourd'hui, pour faire revivre cette tradition qui fait partie de notre patrimoine, se retrouvent périodiquement des passionnés qui participent aux olivades (l'équivalent des vendanges) dans une ambiance festive. Chaque année, l'arrivée de la nouvelle huile est fêtée comme il se doit, avec force dégustations, réactions, commentaires et débats passionnés. 

 

Dès l'origine, grâce à l'implication des moines de Lérins,  ce domaine est, depuis l'origine un véritable jardin. Conçu pour générer à la fois de l'huile, mais aussi de la méditation, et du recueillement, le jardin garde dans ses gênes un esprit philosophique propice à la contemplation... Une longue allée majestueuse bordée d'essences méditerranéennes, une montée vers un minuscule mazet posé sur le sommet de l'oliveraie qui fait penser à un lieu de retraite, un herbularium que l'on arpente avec attention, un verger où l'on peut cueillir une orange, une figue ou un kaki...nourritures terrestres, et nourritures spirituelles, jardin du corps et jardin de l'âme.

 

Le Domaine de La Royrie se veut un » jardin paysagé par l'histoire ». Les restanques vieilles de 500 ans qui forment des lignes verticales grises. Les oliviers, très anciens dont chaque tronc raconte une histoire et porte les cicatrices du temps. Les mazets dont les façades rosâtres à l'enduit patiné par le temps ont été laissées dans leur jus. Les plantes méditerranéennes traditionnelles forment l'essentiel du végétal décoratif : Les propriétaires ont voulu se contrer sur la flore méditerranéenne autochtone. Lavande officinale, lavande des Maures, oxalis, iris, anémone, diplotaxe blanche, romarin, cistes, ajoncs de Provence, laurier -tin, arum, cotonéaster, cyprès, thym, laurier rose, agapanthe, buis, genévrier,... forment un complément cohérent et équilibré à l'olivier.

 

Sur le plan botanique, on peut aussi y remarquer la grande diversité des salades sauvages, liée à la qualité de l'humus. La raiponce (campanula rapunculus), la chicorée amère(urospermum dalechampii), le silène enflé (silene vulgaris), la porcelle(hypochaeris radicata), le nombril de Vénus (umbilicus rupestris), ou la morgeline( stellarai media) permettent d'enrichir notre palette de dégustation. Les visiteurs les apprécient beaucoup.

 

 

Les verts et les gris constituent la palette des couleurs du jardin. Si l'unité est formée par la pierre des restanques, pierre devenue grise par l'action de la pluie et du soleil, la diversité est celle des verts . Qu'ils soient « Véronèse », tilleul, sapin, pistache, opaline, menthe, kaki, jade, émeraude, céladon, bouteille, amande, ou tout simplement olivâtres, les verts de ce jardin composent une infinité de nuances. Mais la plus frappante est sans doute la dualité de la feuille de l'olivier : vert foncé de la face supérieur de la feuille de l'olivier, gris-vert de sa face antérieure. Sans oublier le trait vertical formé par le vert-noir du cyprès de Provence.

 

 

Les visites se déroulent toute l'année, sur rendez-vous, et durent 1h30. Animées par Monique et Lionel Brault, elles sont articulées autour de 10 « tableaux » qui vont faire revivre l'histoire locale, la construction des restanques, la vie quotidienne des paysans au XIXème siècle, la taille des arbres, la cueillette, la fabrication de l'huile, le développement de l'olive... Le visiteur est encouragé à observer la nature, à comprendre les interactions avec l'environnement, à observer les insectes et les oiseaux, à différencier les deux faces de la feuille de l'olivier. On l'encourage aussi à s'accroupir pour observer la microfaune présente dans le sol. On lui fait sentir les fleurs, découvrir les salades sauvages... voire même les goûter, car le Domaine est en conversion Agriculture Biologique et n'utilise aucun engrais chimique, ni pesticide. Les pratiques de l'agriculture raisonnée, de l'agriculture biologique sont ainsi concrètement expliquées. Chaque visite se clôt évidemment par une dégustation. Les 5 sens auront ainsi été agréablement stimulés.

 

La Royrie et les visiteurs. Le Domaine est aussi apprécié par les enfants (un parcours sensoriel leur est proposé), que par les  touristes (émerveillés de voir que la Côte d'azur, c'est aussi la nature) et par les « locaux » (ravis de voir que le patrimoine et la culture locales peuvent être préservées, malgré la pression foncière).

 

 

 

 

 

Votre panier

Votre panier est actuellement vide.

Les produits du domaine